Victoire Maçon Dauxerre
S'informer

“Jamais assez maigre” le livre événement de l’ex-top model Victoire Maçon Dauxerre (1ere partie)

 

Cette semaine je vous présente le livre  Jamais assez maigre  de l’ex-top model Victoire Maçon Dauxerre qui nous raconte les coulisses de sa carrière fulgurante. 

Repérée à 17 ans dans la rue, Victoire enchaîne 3 mois plus tard les défilés à New York, Milan, Paris pour les plus grands créateurs. Elle entre en quelques mois dans le très sélect top 20 des mannequins les plus demandés. Une vraie prouesse! 

Or, derrière cette carrière qu’on pourrait s’imaginer parfaite et merveilleuse, Victoire souffre d’anorexie, elle va malmener son corps et même tenter de mettre fin à ses jours alors que “tout le monde la veut” pour la prochaine semaine de la mode. 

Je vous propose de découvrir ensemble son parcours, ainsi que les coulisses parfois inhumaines de la mode. 

Le témoignage de Victoire étant très riche ce billet sera en deux parties. D’autre part, vous avez le choix du format que vous préférez : texte ou audio, c’est vous qui choisissez! 🙂

 

 
Temps de lecture: 9 minutes 

 

Journal d'un Top Model

 

I. Les débuts 

 

Le Scouting 

Comme de nombreux mannequins, Victoire est repérée par un scout (lexique), dans le quartier parisien du Marais alors qu’elle se baladait un dimanche avec sa maman. 

La jeune fille préparait alors son Bac et les épreuves de Science Po lorsque Seb, un scout travaillant pour l’agence Elite, lui dit : “qu’elle est la nouvelle Claudia Schiffer”, “qu’elle a un nez exceptionnel” et qu’une belle carrière de mannequin l’attend. 

N’ayant jamais vraiment songé à devenir mannequin, mais plutôt comédienne, Victoire ne prend dans un premier temps pas du tout les choses au sérieux, puis voyant que le jeune homme insiste, accepte de prendre sa carte malgré tout. Elle ne le recontactera qu’après avoir passé son bac et les épreuves de Science Po.

 

Le Relooking 

Seb lui indiquera la tenue idéale pour rencontrer l’agence Elite : un jean noir slim ultra moulant, un débardeur noir, une paire de ballerines, une veste vintage et dans son sac dans lequel elle glissera des escarpins de luxe vertigineux. 

Selon Seb, il est bon de mixer une pièce vintage et une pièce de luxe et de se présenter sans aucun maquillage et bien coiffée. 

 

La présentation à l’agence 

Victoire est un peu stressée lors de sa rencontre avec l’agence Elite. L’agence est impressionnante, une vraie fourmilière et les personnes qui y travaillent semblent vivre sur une autre planète. Elle est présentée à toute l’équipe ainsi qu’au patron.

On lui demandera de marcher comme sur un podium avec des chaussures de 18cm de hauteur. N’ayant pas encore l’aisance d’un top model, on indiquera qu’il lui faut prendre des cours de marche. 

Après la marche vient le temps de la prise des mensurations. À 17 ans Victoire mesure 1m78 pèse 56kg et ses mensurations sont 86-62-91 elle s’habille en 36. C’est beaucoup trop pour un mannequin couture! 

On lui annonce qu’elle a 8 semaines pour perdre 3 cm de tour de hanches sans lui demander son avis. On lui expliquera juste que pour les shooting faire un 36 passe, mais que pour les défilés il faut être en mesure de rentrer dans un 32-34. 

 

“Tous ces gens m’ont choisie, évaluée, mesurée, programmée sans jamais me demander mon avis. Mon existence est en train de s’emballer sans que je l’ai vraiment décidé.”

 

Victoire est consciente que si elle refuse l’agence la remplacera facilement, tant de filles rêvent d’être à sa place. 

Peu après sa rencontre avec Elite, Victoire reçoit les résultats de ses examens, si elle a eu son Baccalauréat haut la main, elle n’est en revanche pas prise pour Science Po.  Elle décide alors de tout mettre en oeuvre pour réussir sa carrière de mannequin. 

 

Les premiers pas de Victoire Maçon Dauxerre 

En quelques semaines Victoire va : 

Faire ses premiers Polaroïds (lexique), sa première séance avec un photographe, participer à des cours de marche afin d’apprendre à défiler avec aisance sur des talons vertigineux, rencontrer les bookeurs (lexique) qui vont s’occuper d’elle à New York.  

Lorsqu’elle reviendra à l’agence avec son contrat signé, elle découvrira avec surprise son composite (carte de visite) et ses premières photos professionnelles: 

 

“Il m’a fallu un instant pour réaliser que cette nana, qui avait absolument l’air d’être mannequin, comme toutes ces filles dans les magazines, c’était moi. Quelle drôle d’impression! C’est comme si je reconnaissais mon enveloppe, en sachant très bien que je ne suis pas à l’intérieur.”

 

Victoire va aussi se fixer un objectif précis en ce qui concerne son poids : elle se donne 8 semaines pour peser 50kg ce qui équivaut à perdre à peu près un kilo par semaine. Ceci était son objectif initial et pour l’atteindre elle décide de manger 3 pommes par jour. 

Son agence lui indique qu’elle va participer aux sessions de castings pour les fashion week de NYC, Milan et Paris. 

 

“Si j’avais bien compris, le principe consistait, dans chaque ville, à passer un maximum de castings la première semaine, en espérant être choisie pour les défilés de la semaine suivante. Si j’avais la chance d’être remarquée, après les fashion week, je pouvais être retenue pour faire des shooting pour les magazines, les catalogues de toutes ces marques voir, bonheur suprême, la campagne de pub de l’une ou l’autre. C’était l’objectif à atteindre : être choisie pour une campagne, devenir le visage d’une marque, et être payée une fortune pour cela.”

 

Les débuts

 

II. La bonne élève 

 

Les devoirs de vacances 

Avant de laisser Victoire profiter de ses vacances d’été, son scout et son agence lui font comprendre qu’elle doit être au top à la rentrée. 

Pour se faire, elle ne doit surtout pas bronzer! Sa peau doit être blanche sur le visage et le corps. D’autre part, il lui est formellement interdit de prendre du muscle. Par conséquent le sport lui est proscrit à l’exception de la marche à pied.  

Elle doit aussi s’exercer à défiler comme un top et observer dans les magazines de mode, les postures des mannequins et repérer le nom des stylistes, créateurs, make up, coiffeurs…

Enfin, on attend d’elle qu’elle soit en mesure de rentrer dans du 32 à la fin des vacances. 

 

 

La pression sur le poids

 

Le cas de Victoire Maçon Dauxerre

Victoire se met elle-même la pression sur son poids elle estime d’ailleurs qu’elle n’est “jamais assez maigre”, par conséquent, elle ne reçoit pas de pression de la part de Seb ou de son agence, mais plutôt les félicitations lorsqu’elle descend en dessous de la barre des 50kg pour 1m78: 

 

“Oh Victoire! Tu es canon! Regardez comme elle a maigri! Vous avez vu comme elle est belle? Ils tournent les yeux vers moi et se mettent tous à applaudir. Je rougis. Applaudie par la team d’Elite! Je suis fière et heureuse.”

 

Les autres mannequins couture

En revanche, Seb ne se gêne pas pour rappeler à l’ordre Madeleine et Olympe, deux collègues de Victoire qui s’habillent toujours en 36 malgré la demande de l’agence de perdre du poids: 

 

“Les filles, faut savoir ce que vous voulez! On est à New York dans six semaines et vous continuez à manger comme si de rien n’était. Arrêtez de bouffer! On ne va pas vous emmener là-bas dans cet état”. 

“Nous avons atteint des sommets le jour où il a trouvé des bonbons cachés dans la cuisine. Régulièrement, il fouille dans leurs affaires pour vérifier qu’elles ne mangent rien d’interdit, comme s’il était leur père et qu’elles avaient douze ans… Il leur a fait une scène : “Comment voulez-vous vous en sortir si vous bouffez tout le temps? Étonnez-vous, après, de n’être booké pour aucun défilé! Même aux castings, on ne veut plus de vous. À quoi ça sert d’être ici si c’est pour vous faire refuser partout?”

 

Cette pression ne s’applique pas seulement aux mannequins femme, mais aussi aux mannequins couture hommes:

“D’ailleurs, toute à l’heure quand Christian a voulu en prendre une tranche {de jambon}, son agent l’en a empêché en lui tapant sur les doigts. C’est interdit le jambon. Si tu veux manger, mange des fruits. Des légumes. Regarde, il y a des tomates, là. Et même un concombre. Mais pas du jambon, c’est plein de protéines, ça va te faire grossir.” 

 

Cette pression est très forte, si l’on veut réussir en tant que mannequin couture, on n’a pas le choix que de faire ce que l’agence et l’agent demandent. Les défilés permettent de se faire connaître et ce sont eux qui demandent d’être le plus maigre possible. 

 

 

Jamais assez mince

 

Les limites 

 

La solitude

Tout d’abord, Victoire Maçon Dauxerre est une très bonne élève, et ses différentes agences sont très satisfaites de son poids et du résultat des castings. Malgré tout, Victoire va peu à peu se sentir très seule:

 

“C’est un sentiment très étrange : je passe mon temps entouré de plein de gens, qui ont des “ma chérie” des “honey” et des “sweeety” plein la bouche, et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi isolée.”

 

L’instabilité

D’autre part, Victoire raconte très bien les alternances de périodes extrêmement intenses puis bien trop vides auxquels tous les mannequins sont confrontés:

 

“Je sais que c’est idiot : ça fait plusieurs semaines que je rêve de ralentir, d’avoir du temps pour moi, de souffler un peu. Et quand cela arrive enfin, au lieu d’en profiter, je me sens vide et triste. Tellement triste… Qu’est-ce que je vais faire de ma vie?”

 

 

Le dureté du milieu 

Enfin, peut être l’ignorez-vous, les mannequins sont souvent très mal considérées lors des castings, shootings… Or, les agences de mannequins sont là pour faire du business et les clients sont rois 

Par conséquent, même si un client se comporte mal avec les mannequins, l’agence se range la plupart du temps du côté du client.

Par exemple, l’agence de Victoire Maçon Dauxerre n’hésitera pas reprocher à Victoire d’avoir réagit avec force face à un comportement inhumain de la part d’un photographe célèbre. 

 

“Mais pour qui tu te prends? C’est l’un des meilleurs de la profession! Il fait des photos sublimes! … Tu ne connais rien à la mode, Victoire. C’est lui le professionnel. Et si cela ne te plaît pas, ce métier tu n’as qu’à arrêter.”

 

Puis voyant que Victoire est prête à arrêter, l’agence change subitement de discours, elle passe de la menace à la flatterie: 

 

“Victoire ne t’emballe pas. Je n’ai que des bonnes nouvelles, pour toi. J’ai reçu les photos de Miami, tu es merveilleuse! Le photographe t’a adorée!’ Tout à l’heure était ‘pour qui tu te prends?’ Et maintenant je suis ‘merveilleuse’? Ce monde me donne vraiment envie de vomir…”

 

Victoire découvre que les agences sont avant tout là pour gagner beaucoup d’argent grâce aux mannequins, le reste leur importe en général assez peu: 

 

“Il s’agit de business Victoire. Pas de bons sentiments” dixit la bookeuse de Victoire.

 

Une fille bien élevée qui pose beaucoup de questions 

Victoire va non seulement se démarquer par son professionnalisme, mais aussi par sa politesse. 

Les personnes sont “surprises” qu’elle dise bonjour, au revoir, merci, Monsieur, Madame, et rende l’argent qu’on lui avance! 

Néanmoins, au dire de ses bookeurs, Victoire pose beaucoup trop de questions, son agence parisienne lui dira: 

 

“Tu poses plein de questions, beaucoup trop. Tu veux des explications. Moi je n’ai pas le temps pour ça.” 

 

Et lorsqu’elle annoncera qu’elle veut arrêter, ses bookeurs de New York lui diront:

 

“Ça ne nous étonne pas, tu posais beaucoup trop de questions! Dans ce métier, il faut juste faire, sans se demander…”

 

Pour conclure 

 

Victoire Maçon Dauxerre est donc projetée malgré elle dans un monde tout nouveau aux codes très particuliers que ni elle ni ses proches ne comprennent. 

Sa carrière de mannequin va bouleverser tous ses repères et sa vie d’adolescente. 

Comme beaucoup de mannequins, elle ne choisit pas le mannequinat, c’est ce métier qui la choisit. Étant une battante et n’aimant pas l’échec Victoire va mettre tout en oeuvre pour réussir. 

Dans une deuxième partie, nous suivrons Victoire Masson Dauxerre dans les coulisses de la fashion week. Nous découvrirons l’envers du décor d’une vie de top à travers son expérience des défilés, castings, shootings. Nous verrons aussi comment l’anorexie s’installe peu à peu dans le quotidien de Victoire la détruisant à petit feu. Enfin, je vous livrerai également mon témoignage et mon point de vue sur ce livre.  Cliquez ici pour accéder à la deuxième partie. 

 

Lire le livre événement de Victoire Maçon Dauxerre 

A lire également:

Jamais assez maigre (deuxième partie) 

8 astuces pour être plus photogénique

Que faire si votre ado veut devenir mannequin? 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  • Nicolas

    Merci pour cette plongée dans un monde si différent de ce que l’on peut imaginer de l’extérieur. Je ne pensais pas que la dictature du poids concernait aussi les hommes

    • Nathalie R

      Merci Nicolas pour ton commentaire. Il y a deux types de mannequins: les mannequins “couture” et les mannequins “commerciaux”.
      Et il n’y a que les mannequins “couture” qui doivent être extrêmement maigres et cela concerne les hommes et les femmes.

    • Nathalie R

      Merci Valentine pour ton commentaire. Oui c’est un monde très particulier avec ses propres codes. Heureusement, il est tout à fait possible d’avoir une carrière saine en faisant certains choix. Dans la deuxième partie, j’explique comment. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement  votre "guide du débutant futé"